Exploration d’un dépot ferroviaire

Rails 4Rail 3SupportBoulon 4Ancrage 2Clou 1Clou 5SuperpositionRails 2Boulon 3Superposition 2Clou 4Roues 1Boulon 1Boulon 2Roue 2Roue 3U2Roue 4Rails 1L'essieuClous 2Ancrages 1Plaques d'acierClou 3Ancrage 3Amas de clousAmas de madriersAmas de madriersPlaque d'acier 2Traverse 1Tissus

Les œuvres que je propose sont issues d’une réflexion photographique sur un lieu en particulier. D’aussi loin que je me souvienne, quand je chasse mes images, je recherche dans l’objet concerné certains critères qui lui donneront un sens plastique. Souvent, il est pris en très gros plan, ce qui le rend difficile à identifier correctement, car sa physionomie s’en trouve changée. De plus, il doit avoir une texture intéressante qui aide à faire ressortir les qualités premières du matériau dans lequel il a été construit. Finalement, la lumière qu’il absorbe doit faire ressortir la texture, peu importe l’heure à laquelle la photo est prise. Habituellement, j’impartis à la photo un contraste assez élevé pour faire ressortir les zones de clair/obscur et accentuer la texture.

Pour le présent projet, j’ai utilisé les mêmes repères qui, jusqu’à maintenant, caractérisent mes photographies. Le sujet me dicte ses préférences quant au choix du fini. En couleur ou en noir et blanc, parfois même le mélange des deux rendus s’impose. Je travaille surtout en format numérique, mais j’ai également, dans mes archives, des photos argentiques dont le négatif 2¼ où 4 X 5 a été numérisé et retravaillé à l’aide du logiciel Photoshop. J’ai tiré une trentaine de photos de format 12 X 18 pouces de cette collecte. Elles sont imprimées en UltraChrome sur papier texturé de haute qualité pour faire ressortir toute la texture. Le procédé Ultrachrome de Epson signifie que les cartouches sont remplies avec des pigments et non de l’encre, ce qui assure une longévité accrue aux photos.

Pour organiser cette exposition, je me suis baladé dans un lieu que j’arpente depuis mon enfance, ayant grandi à proximité de la voie ferrée. Il m’alimente constamment en sujets de toutes sortes, prêts à être photographiés. Vieux rails, roues de wagons, clous, boulons et j’en passe, tout y est, le plus petit des objets y trouve sa place, comme le plus gros. Il est difficile de croire que toutes ces pièces, une fois assemblées, servaient de moyen de transport. Ces objets qui, par le passé, ont rendu de grands services à l’homme sont maintenant entreposés en attendant une seconde vie. Passage obligé, ils seront dirigés vers une autre utilité grâce au recyclage des matériaux. Récemment, j’y suis retourné et le ménage y avait été fait. J’ose croire que c’est pour une réutilisation plus adéquate. N’empêche, ce site m’a beaucoup fait voyager… Quelques mètres de terrain physique m’on apporté plusieurs kilomètres d’une odyssée intérieure que j’aimerais partager avec vous en faisant circuler mon travail dans des musées ferroviaires ou du transport canadien et du même souffle, grossir cette collection d’œuvres en allant visiter d’autres lieux similaires dans d’autres villes canadiennes.